Le musée de la dernière victoire – Ligny, 16 juin 1815

Découvrons ensemble ce musée unique au monde, mis en scène par le département recherche de l’Association Belge Napoléonienne depuis 2010, véritable livre ouvert sur une journée qui a marqué l’Histoire. En effet, le vendredi 16 juin 1815, le village de Ligny voyait son nom s’inscrire en lettres de feu et de sang au fronton de l’Histoire.

 

Salle 1 : La salle des cartes.

Nous sommes le vendredi 16 juin 1815. A droite de l’entrée, de part et d’autre de la porte, nous trouvons deux vitrines qui, chacune, présentent symboliquement les deux armées en exposant un uniforme français, une Aigle impériale, un uniforme prussien et un drapeau de chaque camp. Au centre de la pièce, une carte de Ferraris, agrandie par l’IGN pour le musée, présente les positions des troupes des trois armées à 15 heures. Les unités y sont représentées à l’échelon du bataillon pour l’infanterie et de l’escadron pour la cavalerie. C’est là, au pied de cette carte, que l’on prend toute la dimension de l’étendue du théâtre des opérations du 16 juin 1815.

Sur le pourtour de cette salle qui a conservé son sol et son plafond d’origine, comme toutes celles du rez-de-chaussée du musée, des clichés de Ligny tel qu’il était par le passé plongent le visiteur dans l’ambiance de cette journée particulière, quelques instants avant que l’enfer ne se déchaîne sur terre.

Salle 2 : Le Système Gribeauval

Cette salle technique présente le Système Gribeauval. Modèles d’arsenal réalisés par MM. Piron et Tomberg, tous deux sociétaires de l’A.B.N., divers projectiles provenant du champ de bataille, etc. permettent de découvrir le premier système d’arme entièrement standardisé au monde. Du matériel reconstitué à l’échelle 1/1, un présentoir avec un fusil et un pistolet permettent au visiteur, en soupesant ce matériel, de prendre conscience des efforts qui devaient être consentis par les combattants.

Salle 3 : L’armurerie.

 A la sortie de la salle 2, une vitrine basse présente une giberne et son contenu. La salle 3 est consacrée à l’équipement des armées en présence le 16 juin 1815. Fusils d’infanterie, mousquetons de cavalerie de diverses nations et pistolets font découvrir les armes à feu utilisées sur les champs de bataille de Ligny et des Quatre-Bras. En face, une grande vitrine présente les armes blanches et plus particulièrement des sabres français, prussiens et anglais.

 Salle 4 : Le Service de Santé.

Bien qu’archaïque, ce Service a le mérite d’avoir existé. Au soir du 16 juin 1815, des ambulances sont installées dans la grange de la ferme qui abrite aujourd’hui le Centre Général Gérard et le Musée ainsi que dans le presbytère qui se dressait non loin de la ferme d’En-Haut. Cet édifice, transformé en logements sociaux, possédait un splendide escalier en chêne dont un tronçon, récupéré en 2013, est exposé dans cette salle en même temps que du matériel chirurgical d’époque.

Salle 5 : La bataille en images.

Cette salle est mise en configuration d’après-bataille. Objets, outils campagnards, mobilier constituent le décor dans lequel vous pourrez assister à la projection en boucle d’un montage expliquant les différentes phases de la bataille de Ligny avec des vues sur ce qui se déroulait aux Quatre-Bras dans le même créneau horaire.

En quittant cette salle, on gagne le hall où une vitrine présente des vues du champ de bataille de Ligny ainsi que des ouvrages sur 1815 en éditions originales (1815 – 1818).

Salle 6 : LIGNY – Les combats du 16 juin 1815.

A l’étage : Première partie
Six vitrines relatent les assauts incessants des divisions de Vandamme contre Saint-Amand et de Pêcheux et Vichery contre Ligny, assauts qui dureront plus de six heures. Ce n’est qu’avec l’intervention de la Garde, vers vingt heures, que le centre prussien sera enfoncé. Cette salle présente également deux grandes et magnifiques maquettes représentant respectivement le moulin Naveau, observatoire de Napoléon, et la Ferme d’En-Bas, enjeu de combats meurtriers pendant toute l’après-midi du 16 juin

Salle 7 : LES QUATRE-BRAS  

A l’étage : Seconde partie
La seconde salle de l’étage présente « l’autre » bataille du 16 juin, celle des Quatre-Bras, dans cinq vitrines qui présentent le passage des troupes par Jumet le 15 juin, les états-majors, les combats dans les secteurs de Gémioncourt et du bois de Bossu, l’intervention des troupes de Brunswick et de Picton et la charge de Kellermann en fin de journée. Ces vitrines permettent au visiteur de découvrir des ensembles exceptionnels de pièces anglaises retrouvées aux Quatre-Bras. Au centre de cette salle, quatre vitrines basses présentent des pièces de cuivrerie française et britannique de même qu’une thématique sur l’artillerie anglaise et le contenu de deux tombes britanniques et une autre sur les cantinières. Une sixième vitrine est consacrée à l’armée britannique.

Au total trente-deux vitrines, complétées par des maquettes et des mannequins, permettent au visiteur de se replonger dans l’ambiance de l’enfer du vendredi 16 juin 1815.

Enfin, pour être complet, signalons que trois promenades balisées sont proposées au visiteur. Un plan lui permet de choisir le parcours qui lui convient. Des balises, équipées de puces informatiques, permettent d’obtenir, même en pleine campagne, des informations via un Smartphone. Tous les textes ont été réalisés par le département recherche de l’Association Belge Napoléonienne qui gère également le Centre de documentation opérationnel à l’étage du Musée.

Infos : sidelinycgg@skynet.be – www.1815ligny2015.be – 0032(0)71.81.83.13.