“Joséphine est morte depuis un an” : Le Napoléon de Ridley Scott irrite les experts belges

Lundi 27 novembre 2023 par Ugo Realfonzo

Consultez l’article original en anglais sur :  https://www.brusselstimes.com/belgium/813054/josephine-had-been-dead-for-a-year-ridley-scotts-napoleon-angers-belgian-experts

(Traduction : Association Belge Napoléonienne)

Joaquin Phoenix incarne Napoléon, tandis que Vanessa Kirby est Joséphine. Crédit : Sony Pictures / Canva

La nouvelle superproduction de Ridley Scott, Napoléon, a suscité une vague de débats sur l’exactitude historique du film, l’Association napoléonienne belge qualifiant certains changements de “choquants”.

Face à cet accueil mitigé, Ridley Scott a répondu avec franchise aux critiques historiques, notamment dans une interview accordée au Sunday Times le 12 novembre : “J’ai des problèmes avec les historiens, je leur demande : ‘Excusez-moi, mon pote, étiez-vous là ? Non ? Alors, fermez-la !”. Avec un personnage aussi connu en Europe que Napoléon, le nouveau film de Ridley Scott allait toujours faire l’objet d’un examen minutieux de la part des historiens. Le fait que le réalisateur soit britannique n’allait pas manquer d’irriter une partie du monde francophone, mais Ridley Scott se montre beaucoup plus créatif dans sa représentation artistique de Napoléon.

“Du point de vue du respect scrupuleux de l’histoire, le film est en effet discutable”, a déclaré Alain Martin, président de l’Association napoléonienne belge, au Brussels Times. Interrogé sur les inexactitudes historiques les plus flagrantes, M. Martin cite, entre autres, le bombardement des pyramides par Napoléon, sa présence à l’exécution de Marie-Antoinette (“en habit de cour !”), ainsi que la rencontre fictive entre Wellington et Napoléon.

L’amour de l’Égypte à l’île d’Elbe

La figure de Joséphine, la première épouse de Napoléon, occupe également une place centrale dans le film, Scott s’attardant beaucoup sur la relation de l’empereur français avec son amante. Mais là encore, Martin relève d’autres inexactitudes. Napoléon n’a pas déserté son armée en Égypte par amour, pas plus qu’il n’est revenu d’exil à l’île d’Elbe pour la même raison, car “Joséphine était morte depuis un an”, précise M. Martin. Il ne l’a pas non plus giflée publiquement après leur divorce.

Napoléon et Joséphine peints par Harold Hume Piffard (1867 – 1938). Collection privée

Tout en appréciant la liberté du réalisateur d’utiliser des raccourcis et sa licence artistique pour transmettre son interprétation du personnage, Martin estime que le principal problème avec un personnage comme Napoléon est que “certains faits sont si bien connus qu’il peut être choquant de les modifier”. Martin estime que le film s’inspire de la vision personnelle que Ridley Scott a de Napoléon, même si le film a été vendu comme un biopic de Napoléon ou, en d’autres termes, comme un film historique. Tout n’est pas négatif : les scènes de bataille et les costumes ont généralement été jugés impressionnants, ce que Martin approuve, louant “la grande précision avec laquelle l’environnement de l’époque a été recréé, en particulier les uniformes”. Cependant, pour Martin, les détails historiques ne sont pas à la hauteur, une fois de plus, à cause de l’exagération du nombre de morts des guerres napoléoniennes, où Ridley Scott impose au spectateur sa propre conception de Napoléon – un despote sanguinaire.

Comme Hitler et Staline ?

L’un des aspects les plus controversés du film a été une fois de plus enflammé par les commentaires de son réalisateur. Ridley Scott a réussi à exaspérer les historiens français et étrangers en comparant Napoléon à Hitler et à Staline lors d’une interview promotionnelle pour le magazine britannique Empire. “Comparer Napoléon à Hitler et à Staline n’a aucun sens sur le plan historique”, répond Martin. S’il comprend que la légende de Napoléon soit souvent perçue sous l’angle de son autoritarisme, du nombre élevé de morts à la guerre et de la tristement célèbre invasion de la Russie, “rien ne relie ces hommes” en termes de doctrines, de pouvoir et de conquêtes.

Crédit : Sony Pictures

“Napoléon voulait établir un monde juridiquement égalitaire basé sur le mérite sans aucune connotation raciale et encore moins qu’il soit génocidaire”, a déclaré Martin à propos de la doctrine politique de Napoléon. “Les causes des guerres entre les puissances monarchiques au début du XIXe siècle n’ont rien à voir avec la recherche d’une épuration raciale de la population allemande. Lorsqu’il est arrivé au pouvoir, Martin reconnaît que le régime de Napoléon était certes autoritaire et fondé sur la surveillance de l’opinion publique par une police très active, mais il rejette l’idée qu’il s’agissait d’une terreur policière et affirme que le nombre de prisonniers politiques était très limité. Selon Martin, entre 1809 et 1812, il n’y a eu que 250 prisonniers politiques et environ 500 prisonniers détenus arbitrairement pour cause de danger pour l’ordre public. La principale sanction était généralement l’éloignement de Paris ou l’assignation à résidence. “On est loin de la Gestapo, de la Guépéou ou du KGB, de la justice punitive, des exécutions et des massacres ordonnés par les dictateurs allemands et russes”, a déclaré M. Martin. “Si la nature autoritaire du régime napoléonien est incontestée, poursuit-il, les historiens débattent encore de la notion de dictature, voire de dictature militaire. L’armée napoléonienne, bien que bénéficiant d’un statut privilégié au sein de l’État, n’a jamais joué de rôle politique de 1800 à 1814. Le régime était civil, ce qui, selon Martin, le distingue du totalitarisme idéologique d’Hitler et de Staline.

L’héritage de Napoléon

Plus de 200 ans après la bataille de Waterloo, la question de l’héritage de Napoléon reste très controversée parmi les historiens. Alors que son bellicisme est souvent cité comme ayant entraîné la mort de six millions d’Européens, d’autres historiens contredisent ce chiffre, et contrecarrent ce point de vue en affirmant qu’il ignore les nombreuses coalitions qui visaient à détruire les idéaux de la Révolution française.

Crédit : Domaine de la bataille de Waterloo / Belga

Le code Napoléon est largement considéré comme ayant influencé le droit de nombreux pays formés pendant et après les guerres napoléoniennes, jusqu’en Amérique latine et au Moyen-Orient. Il a également été maintenu dans les pays anciennement conquis, dont la Belgique. Pour l’Association napoléonienne belge, la question de l’héritage de l’empereur français est celle qui suscite le plus de désaccord avec la vision de M. Scott et les comparaisons historiques. “Napoléon a jeté les bases d’une société qui est encore très présente en France et dans les pays ennemis de l’époque. Bien entendu, cet héritage, précurseur en son temps, a dû et doit évoluer”, a déclaré M. Martin.

Si les limites sont évidentes, a poursuivi M. Martin, la “contribution positive à la construction de nos modèles de fonctionnement au cours des deux siècles suivants est indéniable. Et ni Staline ni Hitler ne peuvent s’en prévaloir”. Pour Martin, le film Napoléon de Ridley Scott semble “incomplet”, car il ignore largement toutes les composantes politiques et géopolitiques de son histoire. La question de l’héritage dans le film trahit la vision que Ridley Scott a de Napoléon, mais à l’ère de l’information et de la désinformation, l’exactitude historique est toujours la bienvenue.